top of page

LE PAVILLON LUMIÈRE

Projet:  La lumière  pavillon

Gestion de la conception:  SCULPTER L'AIR

 

Collaborateurs :  Gonzalo Vargas

 

Equipe Paysagiste : Sculpter l'Air  

 

Lieu:  Matola. Espagne

Photographies : José Ángel Ruiz Cáceres  

Photographies :  Laure Blanc  

LA COULEUR BLANCHE

Lorsqu'on nous a proposé de concevoir un Pavillon-Terrasse à ciel ouvert, au milieu d'une immense plaine - sans limites physiques pour la délimiter - nous avons été très clairs que, pour voir le magnifique coucher de soleil que l'endroit nous offre chaque après-midi (avec des couleurs infinies), le nouvel espace généré devait être BLANC.

UN AMÉNAGEMENT PAYSAGER

Afin de proposer une nouvelle organisation de l'environnement où la nouvelle activité (restaurant) est proposée, il faut d'abord bien analyser son fonctionnement et quelles sont ses orientations. Et on ne parle pas seulement de topographie mais aussi d'orientation solaire, de constructions à proximité, de l'existence de routes ou de vallées, de routes à proximité, etc.  

Notre environnement nous parlait d'une voie d'accès principale pour l'arrivée, d'une porte de cuisine où la vaisselle doit sortir, d'une topographie qui nous dirige –en descente– vers une zone précise du terrain, d'un coucher de soleil vers le ouest…

UNE CONCEPTION OUVERTE

Concevoir un espace dans un lieu aussi vaste ne peut être entrepris que par des mécanismes de conception paysagère, c'est-à-dire par la manipulation formelle et matérielle de surfaces articulées avec l'environnement existant. Ainsi, le nouvel espace proposé n'établit pas un corps fermé appelé le Pavillon, mais organise au contraire les surfaces de la toiture en porte-à-faux, des plans verticaux coupés, des rampes d'accès et de liaison, des protections solaires, de l'enchaînement des piliers fins du stationnement…  En d'autres termes, l'intervention prend sens en ARTICULANT DE MANIÈRE ORCHESTRÉE toutes les surfaces qui interviennent dans la composition.

UNE GÉOMÉTRIE DYNAMIQUE

La géométrie apparemment simple du Pavillon naît de la volonté de matérialiser les flux circulatoires qui se développent autour de son approche. La forme rectangulaire rigide initiale se démantèle progressivement pour s'articuler (d'une manière différente) aux flux dynamiques qui se produisent autour d'elle : elle s'ouvre, se déplie, bouge, retarde...   

UNE PEAU PERFORÉE

Sa peau blanche prend tout son sens lorsqu'elle est pliée et perforée. Sa manipulation amplifie l'articulation avec l'environnement mais aussi avec la présence de la peau des utilisateurs. L'air traverse les surfaces, tout comme le fera la veilleuse lorsqu'il fait noir, car le Pavillon ne superposera pas l'éclairage sur ses surfaces (comme d'habitude) mais la lumière fera partie de sa peau et les traversera pour atteindre à nous. 

bottom of page